Après lui

Publié le par Odicele

Apr--s-lui.jpgBravo Gaël Morel. Tu nous livres un film épatant, tout en émotions et en finesses sur un sujet pas facile à aborder, la mort d‘un enfant.



Camille (Catherine Deneuve) reçoit un soir le coup de file de la gendarmerie qui lui annonce la mort de son fils, âgé de 20 ans, dans un accident de voiture. S’en suit l’enterrement et le début d’un difficile deuil. Camille va, contre toute attente se tourner vers le meilleur ami de son fils, présent et auteur de l’accident.



Gaël Morel dit dans une interview qu’il y avait plein de possibilités de réaction de la part de cette mère. Il a choisit la plus inattendue, l’affection pour l’auteur de l’accident. Ceci dit l’auteur de l‘accident tragique, Franck (Thomas Dumerchez), en est une victime aussi. Nous n’avons alors pas de mal à comprendre l'indulgence surprenante de cette mère et son incroyable lucidité face à la fatalité. 
Camille, face à l’incompréhension générale de son entourage, va rechercher la compagnie de Franck. Fascination, perversion, dernier lien, désespoir ?



La mère de Franck dit très justement dans une séquence qui illustre l’insistance avec laquelle Camille cherche à se rapprocher de celui-ci : « Mais qu’est-ce qu’elle veut qu’on y fasse ? ». En effet, c’est la question qui va planer tout le long du film, Que cherche Camille ? Son attitude est un mystère, parfois ambiguë, que l’on pourrait croire malsaine. Au moment où l’on pense que tout va basculer, Camille reste sobre et digne.



Le titre «  Après lui » délivre les 3 perspectives du film. La première : observer le deuil : Après la mort de Mathieu. La seconde : raconter la quête du souvenir, le dernier lien : Après ce que Mathieu a été. La troisième : raconter la dépendance de Camille vis-à-vis de Franck : Après lui, Après Franck. 
L’Affiche du film est très bien conçue. On y observera entre autre, l’image de Franck en fondu, légèrement en bas à droite.



Ce film, c’est l’émotion à l‘état brut, traité avec beaucoup de respect et de pudeur. C’est l’indicible, l’indescriptible, la souffrance, le manque. Un cri sans son.



Catherine incarne le personnage de Camille avec beaucoup de justesse et le mystère qui la caractérise. Elle est insaisissable. Elle fait montre de son talent et Gaël Morel en profite pour rendre hommage à celle qu’il admire depuis toujours et qui lui a donné le goût du cinéma.

 

France, 2007.
Réalisation : Gaël Morel. Scénario : Gaël Morel, Christophe Honore. Avec : Catherine Deneuve, Thomas Dumerchez, Guy Marchand, Elodie Bouchez. Durée : 1h30mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article