Paranoïak

Publié le par Odicele

18793916-w434-h578-q80.jpgVoici un thriller éfficace et bien orchestré ! Je suis étonnée qu’il n’est pas retenu davantage l’attention de la presse. Sans non plus être un chef d’œuvre, il ravira les plus jeunes et les moins jeunes avec son style décontracté et sensible à la fois.


Au départ, j’avais quelques réticences à voir ce film même si la bande annonce avait attirée ma curiosité. J’avais peur d’y trouver un univers et des dialogues, ciblés teenagers. Bien que les protagonistes principaux de « Paranoiak » soient des adolescents, je ne me suis pas sentie en inadéquation avec le public de la salle et du registre.


On retrouve avec plaisir ce jeune homme que l’on a vu dans « Transformers », qui interprète un rôle quasi-similaire, un adolescent un peu maladroit et sensible, plein d’humour et de bonne volonté quand le devoir l’appelle. Un acteur donc à découvrir et à suivre, il sera au côté d’Harrison Ford dans « Indiana Jones 4 » .


Un an après la mort tragique de son père dans un accident de voiture, le jeune kale, est toujours sous le choque. Désabusé et en colère, il tombe petit à petit dans la délinquance. Assigné à résidence pour une durée de trois mois, il trompe son ennui en épiant ses voisins. Prisonnier de chez lui par un bracelet électronique attaché à la cheville, relié à une base qui prévient la police lorsqu’il s‘en éloigne à plus de trente mètres, il découvre par jeu les habitudes et les petits secrets de chacun. Il fait connaissance ainsi avec sa nouvelle et qui plus est jolie voisine de son âge. Un soir, après des faits troublants, il se met en tête qu’un de ses voisins pourrait être un tueur en série. A l’aide de son meilleur ami et de sa voisine, il décide de le surveiller et de trouver des preuves. Mais le voisin semble insaisissable. Élucubrations, fantasmes, paranoïa d’adolescents en mal de sensationnel ou soupçons véritables…? L‘intrigue de « Paranoïak » repose en partie sur cette ambiguïté.


En partie seulement, car à notre surprise, avant de s’installer complètement dans le thriller, notre réalisateur et nos scénaristes prennent le temps de planter le décors de nos protagonistes. Ils s’attardent sur leurs univers, leur rythme de vie, leur quotidien, leur caractère, leurs préoccupations… Tout ceci avec justesse et simplicité. J’ai eu le sentiment qu’ils avaient pris plus de plaisir à nous montrer la progression de l’intrigue, les personnages en train d’observer qu’à mettre en scène leur confrontation avec la réalité et bien sur l‘horreur. En effet, inspiré de « Fenêtre sur cour » d’Alfred Hitchcock, « Paranoïak » lui emprunte son lieu de prédilection, la maison, la pièce d’où on voit tout, ainsi que ses longues séquences d’observation dans lesquelles le voyeur se délecte de sa position privilégiée.


Moi qui adore les thrillers sanglants, je n’ai pas frappé à la bonne porte car si ce n’est quelques plans, le visuel reste sobre, ainsi que le dénouement. Je n’en ai pas moins apprécié ce film dont les qualités de vraisemblance et de finesse autant dans la progression de l’intrigue que dans la présentation des personnages m’ont séduite. Ici pas de course poursuite interminable entre le héros et le méchant, pas de dialogues moralisateurs, ni de clichés grotesques, on va a l‘essentiel sans se presser avec parfois beaucoup d‘humour !

 

Etats-Unis 2007. Réalisation : D.J. Caruso. Scénaristes : Carl Ellsworth et Christopher B. Landon. Avec : Shia LaBeouf, Carrie-Anne Moss, David Morse, Sarah Roemer, Aaron Yoo. Durée : 1h45mn. 

Publié dans Les autres

Commenter cet article