La 36e Chambre de Shaolin

Publié le par Odicele

51K32GZK56L--AA240-.jpgAvis aux amateurs d’art martiaux et de cinéma asiatique ou tout simplement aux curieux, comme moi, qui aiment découvrir. De plus, quand le spectacle est de qualité, on aurait tord de s’en priver.
 

Avant hier soir, sur ARTE, j’ai donc vu ce film, "La 36e chambre de Shaolin" et j’ai eu envie de vous faire partager ce moment, d’autant qu’une rediffusion est prévue sur la même chaîne, le 1er octobre à minuit. D’accord, c’est peut-être un peu tard mais j’ai pensé que vous pourriez vous faire aider de votre magnétoscope. 

L’histoire se passe au 15 siècle, en Chine, envahie par les mandchous, qui terrorisent la population. A la suite d’une exécution public, un jeune chinois, Liu Yu-Te, décide de s’engager politiquement et de lutter dans l’ombre contre les envahisseurs. Malheureusement, le groupe de rebelles est vite démantelé et la famille de Liu Yu-Te est massacrée. Seul et recherché, il trouve refuge à Shaolin, dans un monastère. Il intègre la communauté et rebaptisé, San Te, il décide d’entreprendre le long apprentissage des arts martiaux de ces moines, réputés dans le pays, dans le but un jour d‘apporter ce savoir à la population pour qu’elle puisse se défendre.  

Si le ton du film est au début tragique, très certainement pour expliquer les motivations du jeune Liu Yu-te qui le poussent à demander l’asile aux moines Shaolin, très vite il devient plus léger voir humoristique lorsque commence l’apprentissage de notre jeune héros. Par ailleurs, nous n'échappons pas à quelques envolées solennelles et héroïques, parcours initiatique de notre élève aux aptitudes hors normes oblige. N’oublions pas que nous sommes dans un genre qui a ses incontournables poncifs !  

L’intrigue du film privilégie l’immersion du jeune païen dans l’univers des moines shaolin et leurs enseignements à la quète aveugle de la vengeance. Il lui faudra 5 années pour maîtriser leur Kung-fu. Chaque enseignement étant représenté par une chambre, nous le suivrons pas à pas dans ses efforts physiques et mentaux. Heureusement pour nous, nous ne le suivrons pas dans toutes les chambres, mais dans les principales. Celles-ci seront décisives pour San Te et pour nous aussi car elles nous permettrons de comprendre les difficultés de cet art et d’en apprécier la beauté, lorsqu’il est exécuté à la perfection.
 

Le rôle principal est interprété par Gordon Liu, moins connu que Bruce Lee ou encore Jet Li et pourtant tout aussi doué. Il faut savoir également que les scènes de combat sont tournées avec de vraies armes et qu’aucun câble ni effets spéciaux ne sont utilisés. Un travail de reconstitution de pro !  

"La 36e chambre de Shaolin" fait parti d’une trilogie, alors si vous aimez ce premier volet, vous pourrez poursuivre votre plaisir. De plus, il parait que les deux volets suivants introduisent davantage de comédie.

36thchamberofshaolin001.jpg

 

Hong-Kong, 1978. Réalisation : Liu Chia-Lang et Shaw Brother. Scénariste : Ni Kuang, Eric Tsang. Avec : Gordon Liu, Liu Chia-Yung, Lo Lieh, Norman Chu. Durée : 1h55mn.

Publié dans Dans ma lucarne

Commenter cet article

Anne-Sophie 01/10/2007 16:26

Aïe c'était hier... je n'étais pas chez moi et surtout, ce matin, je me suis levée à 6 heures pour écrire ! Donc... ce sera pour une prochaine fois;

Anne-Sophie 29/09/2007 12:43

J'ai bien aimé ton billet mais j'avoue ne jamais avoir vu de film d'arts martiaux... Je suis quasi inculte en ce domaine. C'est tout juste si je connais le visage de Bruce Lee. Il y a trois ans, j'avais un élève fan de Jacky Chan. Il m'en reservait à toutes les rédactions. Je sais donc que lui aussi est très fort dans ces arts martiaux ! Mais ma culture s'arrête là !

Odicele 29/09/2007 20:12

Bonjour Anne-Sophie. Tu sais, je ne suis pas non plus une experte en film d'arts martiaux. Je suis tombée sur ce film l'autre soir et j'ai eu un petit coup de coeur. Si tu as envie d'essayer, profites de la rediffusion dimanche à 00h00...