La Graine et le mulet

Publié le par Odicele

la-graine-copie-1.jpgDe prime abord, le titre m'apparut un peu énigmatique. J'avais pas lu d'article de presse, j'avais juste un résumé très succinct et une affiche sous les yeux pour me faire une idée du sujet. Souvent le titre fonctionne comme un repère, là rien. La Graine, le mulet, de quoi s'agit-il ? Il y plusieurs définitions possibles, alors ici quelles sont-elles? L'association des deux mots qui n'est pas courante ne m'aide pas plus. Ce n'est qu'après le visionnage du film que le titre prend tout son sens, qu'il revêt tous ses sens et qu'il devient évident. Je vais vous les expliquer.
Abdellatif kechiche raconte qu'il est parti d'une croyance populaire pour écrire ce scénario et qu'il a choisit une structure de conte de fée pour nous la raconter. Evidemment la dimension contemporaine et sociale attenue la structure jusqu'à presque l'effacer mais en y regardant d'un peu plus près elle est bien là : se sortir d'une mauvaise passe en entreprenant, creer sa propre entreprise, le parcours est semé d'embuches mais la ténacité ne manque pas et le personnage principal devient héroique, au moment de réussir une dernière barrière se dresse, grâce au concours de l'entourage et à l'amour la réussite triomphe.
La Graine et le mulet, c'est l'histoire d'un homme de 60 ans, d'origine maghrébine, licencié de la société pour laquelle il travaille depuis une trentaine d'années. Décontenancé par sa nouvelle condition, il décide de rebondir en se lançant dans la restauration. Il entreprend d'ouvrir un restaurant sur un bateau. La carte de ce restaurant s'orientera vers la cuisine orientale et le plat du chef sera le couscous au poisson (notemment le mulet).
La Graine, c'est donc la semoule qui sert à faire le couscous et le mulet, un des ingrédients vedette du plat. Mais la graine, c'est aussi l'idée qui émerge, le germe de quelquechose qui va grandir, c'est l'espoir. Et le mulet, c'est l'entêtement, la persévérance, qualité indispensable pour toute entreprise.
Tout compte fait, La Graine et le mulet ça sonnerait pas plutôt comme un titre de fable de la Fontaine ?!

Une fable en tout cas très réaliste, servit par des acteurs souvent amateurs ou novices, néanmoins convaincants et frais. De longues séquences avec des gros plans très serrés la caractrise. Elles permettent au spectateur d'entrer dans les séquences, d'avoir la sensation de participer par exemple à toutes les scènes familiales. A tel point qu'on a presque la sensation que la fiction s'efface au profit d'un genre qu'on appelerait reality-fiction.  
On retrouve comme pour l'Esquive, ce plaisir qu'on les personnages à parler, ce besoin qu'ils ont de s'exprimer. Les dialogues sont spontanés et les personnages n'ont pas leur langue dans la poche. Je remarque que les femmes ont un rôle très important et positif dans l'évolution de l'intrigue. Elles sont souvent énergigues, se portant garant de la morale et sont d'un grand soutient moral. Décidemment, heureusement qu'elles sont là avec leur charme et leur patience !  

Petit conseil avant de prévoir une séance : choisir les horaires en fonction de ses repas. Ce film ne se regarde pas à jeun, premièrement il est assez long et deuxièmement la nourriture y est très présente, une sorte de silhouette omniprésente. Donc, je vous recommande d'avoir bien mangé au préalable ou alors de prévoir un bon repas derrière et même pourquoi pas un restaurant. Les amateurs de graine n'auront qu'une envie derrière...déguster un bon cousous!  


France, 2OO7. Réalisation : Abellatif Kechiche. Scénariste : Abdellatif Kechiche. Avec : Habib Boufares, Hafsia Herzi, Faridah Benkhetache. Durée : 2h31mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Anne-Sophie 10/01/2008 19:08

Hum... oui, j'ai regretté de ne pas pouvoir manger un couscous après la séance.

Je te conseille le film de Ken Loach, très intéressant.

Odicele 11/01/2008 11:20

Alors ce 1er Ken Loach, tes impressions ?!Comme j'aime bien ce réalisateur, j'irai le voir très certainenement, en attendant j'ai quelques autres envies...