Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street

Publié le par Odicele

18876989_w434_h_q80.jpgLa sortie d'un film de Tim Burton crée toujours un évènement. Comme tout fan, je n'ai pas pu résister à l'envie de voir sa dernière réalisation, ses univers et son esthétisme étant sources de curiosité et de plaisir.
J'y suis allée sans avoir lu de critiques, ni même m'être renseignée sur l'histoire et le genre proposés.

J'avais quelques appréhensions parce que le peu d'extraits vus ne m'avaient pas enchantée, l'univers entr'aperçu me paru exagéremment sombre et froid. Et puis j'avais entendu dire que Johnny Depp, l'acteur principal que nous connaissons tous, s'était mis à la chanson pour les besoins du film. 

Ma surprise a été grande quand j'ai découvert une comédie musicale dramatique. En effet, "Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street" est l'adapatation d'une comédie musicale éponyme, crée en 1979 d'après une pièce originelle datant du 19e siècle. J'avoue ne pas avoir accroché avec la mise en scène de Tim Burton, qui consiste à faire chanter les comédiens à la place de les faire dialoguer sans liants. Attention, je tiens à préciser que j'aime les comédies musicales, il se trouve que pour moi ici la mayonnaise, comme on dit, ne prend pas. Les chansons comme les mélodies sont monotones et insipides. Elles n'apportent rien à la fiction, si ce n'est l'ennui et l'agacement. Elles alourdissent l'action et n'apportent pas le lyrisme escompté. Peu d'émotions passent et j'ai senti les comédiens pas toujours très à l'aise avec un jeu qui oscille entre l'emphase et la réserve. Est-ce du à une faiblesse des comédiens, de la mise en scène ou des textes, si je n'ai pas apprécié les parties chantées, je ne sais pas très bien ?    
Le moment le plus réussi de cet exercice de style est la séquence ou le garçon adopté par Mme Lovett, interprétée par Helena Bonham Carter, lui fait une déclaration d'amour filial et qu'elle y répond avec une touchante tendresse.

Esthétiquement et techniquement, ce film est comme les précédents, beau, intéressant et racé si je puis dire. Rien que pour ces qualités, il ne faut pas vous priver de vous faire votre propre opinion.
 
Attention âmes sensibles que la vue du sang rebute, même si la photo et les effets spéciaux atténus le côté très gore de nombreuses scènes, ça gicle de partout ! Je me demande si Tim Burton n'a pas emprunté quelques trucs à Quentin Tarentino, s'il ne s'est pas inspiré notemment de "Kill Bill", pour mettre en scène la vengeance, la folie bornée qu'elle implique et aussi son exaltation sanguinaire. 
"Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street" est une fable noir, d'un noir assez vertigineux, peut-être un peu inhabituel pour un réalisateur qui réussit habituellement à nous enchanter avec les ténébres. Cette fable n'est pas destiné en effet aux enfants de moins de 12 ans, je confirme.
  



Etats-Unis, 2OO7.
Réalisation : Tim Burton. Scénariste : John Logan. Avec : Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman, Ed Sanders, Timothy Spall. Durée : 1h55mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Pénélope 04/02/2008 00:23

Bonjour !
Merci pour ton passage par chez moi et pour tes mots sur Gone Baby Gone : je suis à 100% d'accord avec toi et l'idée qu'on change de genre au fure et à mesure du film est excellente, je trouve^^ (un peu fâchée de pas y avoir pensée toute seule LOOOL)
Je pense un peu comme toi du dernier Burton ! tu peux aller jeter un coup d'oeil sur ce que j'ai écrit si tu veux. D'ailleurs tu as raison de le comparer avec KILL BILL (qui a mon avis est cent mille fois meilleur) : dans KILL BILL, la vengeance est calculée, ciblée, dans un but bien précis, et elle aboutit au retour à la paix : "la lionne a retrouvé le lionceau, la jungle a retrouvé la paix"... Dans Sweeney Todd, ça part vraiment trop dans tous les sens !
Bisous,
Pénélope

Odicele 04/02/2008 13:28

salut penelope, bienvenue sur mon blog.Comme tu peux le constater notre échange a été fructueux, il m'a donné envie d'écrire un commentaire sur "Gone Baby Gone".Pour en revenir à "sweeney todd...", je n'ai pas trouvé la psychologie du personnage interprété par Johnny Depp toujours très cohérente.  Par exemple, il délaisse complètement sa fille, son sort semble ne pas lui importer, ce qui me semble pas logique. Cette vengeance aveugle explique la fin tragique de l'histoire, la rend peut-être plus targique mais elle aurait gagné en entensité en étant un plus humaine.      

samom 03/02/2008 13:08

De rien
avec un plaisir énorme