La Fabrique des sentiments

Publié le par Odicele

undefinedEloïse, clerc de notaire, 36 ans, intelligente, indépendante et sensible cherche homme de son âge et plus, ayant une situation professionnelle similaire pour construire une relation durable et pleine d'amour. 
C'est à peu de chose près les désirs de cette jeune femme lorsqu'elle s'inscrit à un speed-dating afin de trouver "l'âme soeur".

Le bonheur se cache t'il derrière le visage d'un des inconnus présents ce soir là qui virevoltent à sa table toutes les 7 minutes ou plus simplement au détours d'une rue ?
Qu'est-elle vraiment venue chercher ? Son bonheur ou une idée du bonheur ?
Voici le sujet de ce film qui est loin d'être une comédie même si par instant on a envie de sourire. Si vous êtes venus trouver du réconfort, vous vous êtes trompés de salle obscure. Pas de formules magiques ici, que des interrogations et le constat froid que si pour certain l'amour est simple, pour d'autres c'est très compliqué.

"La Fabrique des sentiments" ne traite pas des nouveaux moyens de rencontres. Il nous parle de solitude, de l'envie de fonder un foyer et de la difficulté d'être en adéquation avec ses désirs rêvés et ses désirs viscérales.

Elsa Sylberstein incarne parfaitement cette jeune femme qui se débat avec elle-même. Jacques Bonnaffé est son parfait pendant. 
Malgré leur talent, et malgré de bons moments comme la mise en scène d'un rêve psychanalytique qui élabore une comparaison très intéressante entre l'entretien d'embauche et le rendez-vous amoureux, cette démonstration des mystères de l'individu et de sa capacité à être en couple, aurait mérité un peu plus de rythme.


France, 2007.
Réalisation : Jean-Marc Moutout. Scénariste :
Jean-Marc Moutout. Avec : Elsa Zylberstein, Jacques Bonnaffé, Bruno Putzulu, Anne-Katerine Normant. Durée : 1h44mn.    
 

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Anne-Sophie 25/02/2008 11:32

C'est très bizarre... mais hier j'ai reparlé de ce film à une amie et en lui parlant je me suis rendu compte que ce film était d'une grande subtilité et soulevait des questions intéressantes. Il est des films comme ça où l'on s'ennuie en lles regardant pour se rendre finalement compte qu'ils sont bien plus forts que ce qu'ils laissent présager dans un premier temps.

Odicele 25/02/2008 18:45

c'est vrai. c'est certainement ces raisons qui rendent la fin de ce film déroutante et pourtant interessante.

Anne-Sophie 23/02/2008 18:28

Je viens de voir le film. Non seulement, je suis d'accord avec toi pour le manque de rythme mais surtout je n'ai pas compris l'intérêt du film. Certains aspects sont plus que crédibles mais d'autres... La fin m'a laissée sans voix. Pas compris d'autant plus que le type a l'air très possessif. Autre problème : pourquoi la suit-il dans la rue ??
Non, vraiment, je n'ai pas été convaincue et aurait dû te faire confiance en passant mon chemin.

Odicele 23/02/2008 20:30

La fin de ce film est en effet assez déroutante. Le personnage joué par Elsa Zylberstein est complexe. D'ailleurs lors de la première conversation des personnages interprétés par Elsa et Jacques Bonnaffé, on a des indices qui anoncent ou expliquent cette fin...

samom 08/02/2008 20:21

Merci pour ton message
bonne soirée