Cloverfield

Publié le par Odicele

18862605_w434_h_q80.jpgEtant assez hermétique à l'abattage médiatique et à la stratégie publicitaire qui consiste à  livrer des informations sur un film et à en cacher de nombreuses sur une longue période pour attirer son public, cette sortie m'était passée au dessus de la tête. L'attente, orchestrée avec savoir faire, atteind son paroxisme jusqu'à créer le besoin de la délivrance.
En ce qui me concerne, je ne savais rien sur ce film, je n'avais même pas vu sa bande annonce. J'étais juste passée devant son affiche qui me laissait présager un énième film catastrophe sans intérêt.
Suite à la lecture d'une chronique enthousiaste (que vous pouvez retrouver ICI) d'un passionné de cinéma qui a su titiller ma curiosité, j'ai voulu tester "Cloverfield" dont la sortie était très attendue depuis des mois donc, par de nombreux internautes. L'aspect du film qui m'a attirée est qu'il se présente sous la forme d'images prises par un amateur.

Lors d'une fête d'adieu prévue en l'honneur du départ au Japon de son meilleur ami, Hud se voit remettre entre les mains une caméra DV et entrainer à recueillir les interviews des invités de la soirée dans lesquelles ceux-ci doivent adresser un message à leur hôte. Assez frileux au départ, il s'en acquite avec une opiniatreté surprenante. Dès lors, il ne lachera plus la caméra et filmera les évènements hors du commun qui mettra à feu et à sang New York.

Le générique de début nous impose directement la forme d'une video amateur. Il se déroule sur les images prises successivement par plusieurs personnages immortalisant leur vie privée. L'armée a gardé dans ses archives cette cassette qui témoigne de la catastrope survenue et nous sommes en train de la regarder. A l'instar du "Projet Blair Witch", "Cloverfield" joue la carte de la complicité et du privilège avec le spectateur. Il le met dans la position du voyeur et en même temps l'invite à vivre la fiction comme étant l'un de ses personnages. A l'inverse du "Projet Blair Witch", "Cloverfield" ne prétant pas être réel. D'ailleurs, pendant la longue exposition de l'intrigue constituée en majeur partie par la fête de départ qui sert à présenter les personnages, leur situation et leurs relations entre eux, on entend quelqu'un demander à Hud s'il a pensé à changer de cassette et s'il compte tout filmer avec celle qu'il utilise. Celui-ci semble avoir occulté le fait qu'une bande a une durée. On comprend alors que le camescope qu'il manipule ne tombera jamais à court de batterie ni de bande. Le prétexte du témoignage est complètement assumé et sa forme comme un effet aussi.

Le manque d'informations et les maladresses de cadre engendrés par une réalisation amatrice et un point de vue unique, a pour but de décupler la peur du spectateur et de le forcer à adopter l'urgence des personnages qu'il suit. Ce principe fonctionne assez bien ici, à condition de se prêter au jeu. Malheureusement, même s'il participe à une certaine ampathie de l'angoisse, il ne marche pas quand à la production d'émotions telles que la douleur de la perte, la compassion... Je mets ça sur le compte de la durée du film qui ne permet pas le développement de l'action et du drame émotionnel. Et surtout sur le compte du genre dont le créneau est les sensations fortes.

"Cloverfield" est un film de science fiction qui exploite le mythe du monstre gigantesque venu de nulle part et qui détruit tout sur son passage pour introduire l'horreur et l'action. On y retrouve plusieurs sources d'inspiration "la guerre des mondes", "Alien", "Godzilla", "Le jour d'après", etc... Certaines avec plaisir, d'autres avec de la lassitude.

"Cloverfield" est un bon divertissement, rythmé, malin mais qui ne méritait pas qu'on prépare sa sortie comme une sortie historique. 

Etats-Unis, 2008. Réalisation : Matt Reeves. Scénariste :Drew Goddard. Avec : Michael Stahl David, Lizzy Caplan, Jessica Lucas, Mike Vogel, T.J. Miller, Odette Yustman. Durée : 1h30mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Shin 20/02/2008 08:39

Bonjour,

Pour la "durée" de la bande, je ne vois vraiment pas où est le problème. Le film couvre effectivement une demi-journée, mais ne dure que 1h25 ; ce qui est une durée tout à fait raisonnable pour une cassette. Ensuite, la batterie peut tout à fait tenir ce temps-là également sans problème. Et au pire, Hud a très bien pu piquer une batterie dans le magasin où le héros en prend une pour son téléphone portable (n'oublions pas qu'on ne voit pas tout et que le camescope est parfois coupé).

Ensuite, pour répondre à Moskau, les personnes qui filment dans des moments improbables ne sont pas rares. Il suffit de voir les nombreuses vidéos faites durant le tsunami en Asie (où les gens continuaient de filmer au lieu de fuir le raz-de-marée approchant) par exemple pour s'en convaincre.

Dans le film, Hud se sert de la caméra pour éviter de craquer. Filmer lui offre une certaine distanciation avec la folie environnante et l'empêche d'y penser réellement (il répète d'ailleurs souvent qu'il doit filmer). Dans son esprit, il ne peut pas faire autrement que de filmer et de, ainsi, laisser une trace.

Enfin, si j'étais un poil de mauvaise foi, je dirais surtout que c'est plutôt la bande magnétique que le camescope qui est solide. Car il s'agit surtout d'une facilité scénaristique minime... -_^

Pour le reste, j'ai trouvé ce film vraiment excellent ! J'en parle d'ailleurs sur mon blog également.

Amicalement,

Shin.

Odicele 21/02/2008 11:52

Bonjour Shin,je suis assez d'accord avec tes arguments pour défendre la vraissemblance du postulat du film qui est : une caméra amateur film un évènement incroyable.Je faisais juste remarquer que le film rend le spectateur complice de ce subterfuge (pas comme dans "le projet blair witch" qui part du postulat que la bande de la caméra amateur existe vraiment). En effet, Hud a pu tout à fait se munir de batteries et de K7 supplémentaires, mais je reste persuadée que la possibilité qu'il ne l'ait pas fait et sa suggestion fait parti du jeu conscient entre le film et ses spectateurs. cela ne m'a pas empêché de l'apprécier.De même, si Hud change de K7, comment se fait-il que des bribes d'images prises par le petit couple séparé un mois avant l'évènement s'y retrouvent ?     

Moskau 17/02/2008 02:02

Bon ben Cloverfield.... Pfffffff... Une première demi-heure d'un ennui profond... Une première attaque du monstre qu'on a déjà vu 1.000 fois sur internet... Et puis le reste... 2 ou 3 frissons (les p'tites bêtes dans le tunnel, ça c'était pas mal)... Mais cette idée de filmer en continue, c'est d'une bêtise je trouve, moi ça m'a gâché un peu le film... Et sinon, c'est quoi la marque du caméscope, parce que pinaise, ça c'est du caméscope qu'il est performant et solide !!!

Odicele 17/02/2008 12:46

Moskau, désolée que tu te sois autant ennuyé devant ce film."L'idée de filmer en continue" ne m'a pas dérangée, c'est ce qui m'a donnée envie d'aller voir ce film. Je me suis dis : tiens, un parti pris intéressant : un seul point de vue, un cadre bancal...  Je me suis dit : tiens, comment va-t'il faire tenir sa fiction sur ce principe ? Comment va-t'il se débrouiller pour introduire plusieurs points de vue, comment va t'il faire pour amener des changements de plan, de temporalités ? Si le spectateur n'accepte pas le principe et ne rentre pas dans le jeu, il en ressort frustré et avec le tournis. De plus, il est vrai que ce film a quelques faiblesses : manque de rythme bizarrement à certains endroits et les personnages ne sont pas attachants.En ce qui concerne la qualité surprenante de l'image, étant donné le postulat de base, je me suis dit, la aussi c'est un jeu avec le spectateur puisque le réalisateur montre des signes de sa présence et d'une organisation très tôt dans le film.Enfin, je te comprends, lorsqu'on adhère pas à quelque chose, on se sent floué.Ce film est un exercice de style, me semble t'il ? Plus ou moins bien réussit...

samom 11/02/2008 22:46

Peut être que cloverfield
s'apprécie différemment dans le temps
le coup de l'absence de musique est génial
cela déshabille le film pour laisser d'autres choses exploser

ps : à l'inverse la musique de Sweeney Todd est bien mais envahissante en définitive....

samom 10/02/2008 00:22

Alors là on est complètement en accord
j'ai du mal m'exprimer ma pensée alors moi aussi je rectifie le tir
quand j'ai lu tes lignes je me suis dit : "oh que c'est bien dit" ou "mince je n'y avais pas pensé" dans le sens "autre pont de vue complémentaire au mien"

ce qu je sous entendais : je vais pêcher forcément des remarques à droite à gauche qui vont préciser ma pensée, l'améliorer, amener de nouvelles choses (comme le tien) , cela me fais plaisir de voir qu'il y a d'autres avis mais j'AIME ma chronique telle qu'elle est

elle résulte d'une passion, d'un engouement et je ne changerai rien (car je ne pourrais pas intégrer d'autres choses, sinon elle perdrait en spontanéité, en fraicheur)

et je respecte tous les avis donnés. Négatifs ou positifs

ma remarque initiale était sur ce mode : partageons nos expériences
j'aurai du être plus précis

Odicele 10/02/2008 11:36

On est d'accord, c'est parfait. J'ai juste eu un petit doute sur l'interprétation de mes intentions. tu as raison d'aimer ta chronique, elle est très bien, la preuve elle a su développer ma curiosité.Gardes ton enthousiasme surtout !Au fait, pour en revenir au film, c'est vrai qu'il n'y a pas de BO à proprement parlé. Quelques morceaux pour habiller la fête, que de la musique directement induite de la fiction. Et sur le générique de fin !Cela participe à l'illusion d'un témoignage non travaillé !     

samom 09/02/2008 22:46

merci pour le lien tout d'abord (rectifie juste une petite chose, choisit ouverture sur une seconde fenêtre de ton lien car tu risques de perdre des lecteurs en route, là on reste dans le même cadre, j'espère être clair)

très bonne chronique
tu dis des choses que je n'ai pas assez bien écrites (l'histoire de l'arrivée du caméscope dans les mains de hud, le coup du "il ne s'éteindra jamais", excellente remarque)

j'apprécie vraiment toutes les contributions
et je n'ai aucun regret, je ne prétend pas être exhaustif, j'oublierai forcément quelque chose dans un article et c'est humain et bien

encore un grand merci...

ps : je suis parfois trop enthousiaste mais je ne me soigne pas, je suis un passionné (lol) tout comme toi et les autres

plus

Odicele 10/02/2008 00:07

Samom, merci pour ton conseil pratique concernant l'ouverture du lien, j'ai rectifié et c'est bien mieux !C'est avec grand plaisir que j'ai crée ce lien vers ton article, étant donné qu'il m'a donnée envie de voir ce film, que je l'ai trouvé interessant et qu'il est complémentaire du mien.Saches que mon intention n'était pas de nous mettre en compétition mais plutôt de proposer des expériences et éclairages différents.