Les Liens du sang

Publié le par Odicele

18884636_w434_h_q80.jpgRien que pour la reconstitution du mode de vie, des intérieus et extérieurs de la fin des années 70, je suis contente d'avoir vu ce polar psychologique. Loin des clichés auquels on pourrait s'attendre, car il est parfois assez tentant de jeter de-ci de-là quelques lieux communs pour faire illusion, ce film dégage une volonté de refléter ces années avec le plus d'authenticité possible par rapport au milieu social et aux situations de ses personnages. Cela passe par des effets simples comme les vêtements, les coupes de cheveux en passant par des décors minutieux comme l'ameublement d'une maison jusqu'à la retranscription du vocabulaire employé. L'ensemble est très réussi. J'ai revu avec une pointe de nostalgie tous ces vieux modèles de voiture qui étaient notre univers il n'y a pas si longtemps et qui ont laissé place aux modèles que l'on connait maintenant. La photo y est pour beaucoup aussi. C'est elle qu'on voit en premier. Elle a été travaillée dans le but de donner l'impression aux spectateurs que le film est d'époque comme son histoire, un petit côté "Inspecteur Maigret" : grain de l'image sur certain plan, lumière un peu jaune, ambiance délavée... Au départ, j'ai eu un peu de mal avec ce parti pris et puis je me suis laissée emméner dans la machine à remonter le temps. Je ne sais pas si c'est moi mais à la fin du film, j'ai eu l'impression que la période dans laquelle ce déroule le drame n'était pas aussi marquée qu'au début, cette période semblait s'être rapprochée de la notre.

Le couple de frères formé par Guillaume Canet et François Cluzet est très crédible. Ils finissent par se ressembler physiquement, bien que leurs personnages aient des personnalités et une morale de conduite opposées. François Cluzet incarne à la perfection cet ex-taulard fraichement sorti de prison qui tente de changer de vie ou de se convaincre qu'il peut entrer dans le droit chemin. Il est ce frère, ce père, cet amant, toutes ces facettes humaines que peut recouvrir aussi un criminel froid et sans vertu. Guillaume Canet incarne son double inversé avec beaucoup de retenue et de sobriété. Il est ce flic intègre qui aime son frère malgré tout. Les seconds rôles sont aussi très convaicants, c'est à dire toutes les femmes qui soutiennent nos deux hommes, la soeur, la femme du truand, l'amante du flic et l'ex-femme du truand. Leures bonnes volontés ne les empêcheront pas d'aller vers leur destin. Le casting est très réussi aussi. On croit à tous les liens noués et toutes les  relations qui se nouent.

Les faiblesses. "Les liens du sang" manque d'intensité dramatique, dommage avec des comédiens aussi doués face à la caméra. De même, la progression de l'intrigue y aurait gagné en étant moins contemplative.
 


France 2007. Réalisation : Jacques Maillot. Scénariste : Jacques Maillot, Eric Veniard, Pierre Chosson. D'après l'oeuvre "Deux frères flics et truands" de Bruno et Michel Papet . Avec : Guillaume Canet, François Cluzet, Clotilde Hesme, Marie Denarnaud, Carole Franck. Durée : 1h46mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Thib 12/02/2008 10:40

Salut, merci de ton commentaire.
Thib.

Odicele 12/02/2008 17:52

De rien. Ta critique a attiré mon attention.