Le Limier

Publié le par Odicele

18889749_w434_h_q80.jpgVoici un film surprenant qui mérite le détour. Evidemment, il faut aimer les huis clos, les dialogues bavards et les angles de prise de vue travaillés à outrance.

Andrew Whyke, auteur de roman policier à succès, reçoit dans sa demeure somptueuse l'amant de sa femme, Milo Tindle. Ce dernier est venu dans le but de le convaincre d'accorder à sa femme le divorce. Au premier abord, Andrew ne semble pas près à laisser partir sa femme aussi facilement. Au vue de l'obstination insolente de Milo, Andrew lui propose un marché tout aussi alléchant que dangereux, où chacun doit y trouver son compte. Milo accepte dans l'espoir d'optenir le divorce qu'il est venu négocier. Commence alors entre les deux hommes un combat psychologique pour humilier et imposer ses désirs à l'autre. 

Si je vous dis "unités de lieu, d'action et de temps", vous pensez à quoi ? la règle des trois unités utilisée au théatre et bien moi aussi j'y songe. "Le Limier", remake d'un film adapté lui même d'une pièce de théatre du britanique Anthony Shaffer, emprunte les unités utilisées et les artifices de l'art dans lequel il prend sa source, pour exposer et développer son drame. Si l'unité de temps n'est pas complètement respectée à un écart près, elle s'en rapproche beaucoup. Les deux autres unités, elles, sont respectées et sont renforcées par un huit clos angoissant. 
Le lieu, la demeure isolée d'Andrew, avec ses pièces, ses recoins et ses portes dérobées offre une scène aux multiples décors. Le temps se divise en deux entrevues juxtaposées, qui les fait comme se succéder. L'action, elle, consiste à confronter deux hommes et à les faire se défier dans un jeu qui confine au jeu d'échecs. 
Nous rappelle également l'univers du théatre la lumière toujours superficielle de la maison et de ces multiples faisseaux et sources qui ressemblent à des projecteurs.
De même, la principale action se joue dans une joute verbale incessante entre nos deux protagonistes.
Cette référence constante est un parti pris que l'on peut attribuer au réalisateur, Kenneth Branagh, habitué des adaptations théâtrales et comédien issu du theâtre. Elle est peu être aussi le moyen appropié pour faire monter le suspense et donner à la confrontation une dimension mythique. Une scène est le lieu approprié pour deux joueurs.

Cette mise en scène heurtera certainement des âmes non prédisposées. Les dialogues rythmés et acerbes, ainsi que les multiples mouvements de caméra qui miment le match psychologique qui se déroule sous nos yeux, aideront à oublier l'effet statique engendré par celle-ci.

"Le Limier" est un film à la réalisation originale. Ca fait du bien d'être dérouté de temps en temps.

Etats-Unis, 2007. Réalisation : Kenneth Branagh. Scénariste : Harold Pinter, d'après l'oeuvre d'Anthony Shaffer "Sleuth" . Avec : Jude Law et Michael Cain. Durée : 1h26mn. 
  

Publié dans Les autres

Commenter cet article