La Môme

Publié le par Odicele

undefinedMarion Cotillard n'a pas volé ses récompenses reçues, Oscar et César de la meilleure actrice, pour son interprétation d'Edith Piaf dans "La Môme" d'Oliver Dahan.

Personnellement, je sais peu de chose sur la vie d'Edith Piaf. Dire si ce film lui est fidèle tant sur le plan chronologique que sur le plan psychologique m'est impossible. 
En tout cas, le peu que je connais s'y trouve : Edith est issue d'un milieu plus que modeste, presque une enfant de la rue qui est découverte alors qu'elle pousse la chansonette dans la rue justement pour gagner de l'argent. Elle a une voix extraordinnaire et trouve sur son chemin plusieurs personnes qui croient en elle et l'aident à devenir une chanteuse respectée. Au compteur de ses amours, on trouve Marcel Cerdan, boxeur avec lequel elle vécu une passion. Femme à la santé fragile, elle meurt en 1963.

Olivier Dahan ne nous en dit pas tellement plus sur sa vie. Il s'attachera particulièrement à dépeindre son enfance, son côté femme populaire et ses excès. Il selectionne dans sa biographie les informations clés, les personnes marquantes cotoyées pour nous permettre de l'entrevoir. Il met en valeur ce qui la rend unique et reconnaissable : sa voix, son caractère impulsif, sa façon de bouger et de s'exprimer.
J'avoue avoir été surprise par le personnage ici dépeind. Sous la silhouette frêle, on découvre une femme au tempérament taillé dans le roc, un "diament taillé dans le brut", comme le souligne avec admiration le gérant du cabaret Le Gerny's, interprété par Gérard Depardieu.
Marion Cotillard donne tout ce qu'elle a pour l'interpréter. Grâce au travail de reconstitution (décor, lumière, maquillage, gestuelle) de toute l'équipe du film, on croit à sa réincarnation à chaque instant. Certains plans notamment, ceux qui tentent de coller aux archives collectées sur la chanteuse, sont confondants de ressemblance.
 
Quelques raccourcis et ellipses franches empêchent une bonne compréhension de l'enchainement des évènements de sa vie. Les disparitions de certains personnages sont souvent brutales et regrettables, tout comme l'exploitation trop rapide de certaines informations. Il a bien fallut faire des choix, le film dure déjà 2H20.  
Le récit est construit sous forme de flash-back qui tournent autours des cinq dernières années de sa vie. Cette forme non linéaire permet une découverte par touche. Il explique sans complaisance ce qu'elle ne regrettera pas ainsi que sa part d'ombres.

 undefined

France, 2006. Réalisation : Olivier Dahan. Scénario : Olivier Dahan. Avec : Marion Cotillard, Jean-Paul Rouve, Sylvie Testud, Emmanuelle Seigner, Jean-Pierre Martins, Gérard Depardieu, Pascal Greggory,Clotilde Courau. Durée : 2h20mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

julie 06/03/2008 23:35

Bonsoir, j'ai personnellement adoré ce film vu en salle donc sur grand écran. Je peux dire que ca envoie d lourd. Marion Cotillard est impressionnante de justesse et de véracité. C'est rare que dans une biographie on en oublie l'acteur ou l'actrice au profit du personnage réel, et là c'était le cas. A milles lieux de Ali par exemple, Ray était très bien dans le genre biographique, mais en oublie t on l'acteur... je ne sais pas...

Odicele 08/03/2008 19:19

On peut critiquer ce film autant qu'on voudra et sous des angles variés, l'interprétationde Marion Cotillard est époustouflante, je suis bien d'accord avec toi.

samom 06/03/2008 13:38

J'ai un mal fou à voir ce film
trop d'éloges me freinent
quel serait l'argument décisif pour me convaincre chère odicele ?

Odicele 06/03/2008 19:01

je te dirai Samom qu'il est important de se faire sa propre opinion et que tous les commentaires et éloges du monde ont leurs limites. L'autobiographie au cinéma n'est pas un genre que j'affectionne parce que les libertés d'interprétation me font peur. Je trouve ça terrible de réduire une vie à 1h30, 2h de pellicule. Le scénariste, le réalisateur et toute l'équipe de production sont obligés de faire des choix difficiles à mon goût. Je pense qu'il ne faut pas chercher à sortir d'une séance en se disant qu'on aura compris la personne mise à nu, on aura peut-être une petite part de vérité, une ombre de facette. "La Môme" de Dahan vaut le détour pour l'interprétation habitée de Marion Cotillard. Peut-être qu'elle est trop ou pas assez, peu importe ! Ses récomprenses m'ont intriguée et j'ai voulu voir, elles sont méritées.Marion Cotillard ne prétend pas être Edith Piaf, elle prétend seulement nous en donner une interprétation. On reparlera de ton appréciation quand tu auras vu le film. A bientôt

Thib 06/03/2008 10:42

Salut Odicele, merci pour ton commentaire sur "Jumper". J'ai adoré "La Môme", c'est pour moi l'un des plus grands films de ces dernières années. Rien n'a été bâclé, et cela pour notre plus grand plaisir.
Il démontre également qu'il est possible en France de faire de somptueuses biographies comme le fait souvent le cinéma américain.

Odicele 06/03/2008 11:47

C'est l'interprétation de Marion Cotillard qui m'a le plus impressionnée, ainsi que le jeu de tous les autres seconds rôles. Une personne autours de moi m'a dit qu'elle avait trouvé le jeu de Marion Cotillard caricatural et vulgaire ! Moi, j'ai aimé le parti pris de ne pas avoir fait dans la demi mesure en tout cas pour le personnage d'Edith Piaf.