Mad Detective

Publié le par Odicele

18908106_w434_h_q80-copie-1.jpg"Mad Detective" est un polar fantastique qui mélange avec naturel enquête policière réaliste et paranormal.

Le jeune inspecteur Ho ne sait pas comment résoudre une affaire de disparition de policier et une série de cambriolages meurtriers commis par l'arme de service de ce dernier. Il demande alors de l'aide à l'ancien inspecteur Bun, profiler émérite, qui fut son instructeur. Bun accepte de reprendre du service et de mettre à profit ses dons hors normes. Bun prétend voir par exemple les démons qui se cachent derrière chaque personne. 
Les méthodes peu orthodoxes de Bun inquiètent Ho malgré les résultats incroyables obtenus par le passé. Petit à petit, il va mettre en doute ses capacités mentales et se rapprocher dangereusement du suspect principal de l'enquête.

Dans la même veine que "The eye", "Mad Detective", à la volonté pas du tout
horrifique contrairement au premier, fait coexister le monde des vivants et celui des esprits. 
Après une première partie musclée et qui capte tout de suite l'attention, quelques faiblesses de rythme et un developpement alambiqué de l'enquête mettent à l'épreuve la bonne volonté du spectateur. La patience sera tout de même récompensée par un dénouement inventif et une réalisation rafraichissante.
"Mad Detective" parle de l'éternel affrontement entre le bien et le mal. Ici, le bien et le mal se battent à l'interieur de chaque individu. Cette vision simpliste de la morale est mise en scène de manière symbolique. Les émotions et intentions sont matérialisées et intégrées au scénario afin de permettre une démonstration visuelle percutante des enjeux soulevés. Cette matérialisation ainsi intégrée apporte en même temps que la confusion et le doute, le charme de l'étrange.

"Mad Detective" ne cherche pas à expliquer l'étrange. Il s'en sert comme matière première dynamique, inquiétante et troublante. Les facettes de l'être humain sont à l'image de la scène finale aux multiples miroirs dans lesquels se reflètent les protagonistes : reflets insaisisables, reflets qui se brisent en mille morceaux puis reflets qui se figent.  

Hong-Kong, 2008.
Réalisation : Johnnie To et Wai Ka-Fai. Scénario : Wai Ka-Fai et Kin Yee Au. Avec : Lau Ching-Wan, Andy On, Lam Ka-Tung, Kelly Lin. Durée : 1h29mn.

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Thib 12/03/2008 16:46

Salut Odicele, merci de ton commentaire. Intéressant ton article, il me donne une raison de plus d'aller voir le nouveau Johnnie To, l'un des maîtres du polar de Hong-Kong.
Ah, le cinéma asiatique, que du bon.

Odicele 17/03/2008 13:01

Désolée de cette réponse tardine, j'ai été bien occupée ces derniers jours... J'aime beaucoup le cinema asiatique et surtout les polars asiatiques, pour l'ambiance, la lumière et les intrigues. C'est vivifiant ! 

samom 11/03/2008 22:11

salut à toi
deux journées de dingues au taf
pas pu te répondre plus vite bonne semaine
tchousse

Odicele 17/03/2008 13:02

No problème ! Il m'arrive aussi d'être occupée...