L'Orphelinat

Publié le par Odicele

18888814_w434_h_q80.jpgLes espagnols peuvent être fiers du film de Juan Antonio Bayona, "L'Orphelinat", produit par le brillant Guillermo del Toro. Il a remporté 7 Goyas à la cérémonie qui équivaut celle des Césars, en Espagne.
En ce qui me concerne, ce long métrage est un véritable coup de coeur et je comprends leur engouement !
Ce thriller fantastique m'a prise aux tripes, à la gorge et m'a menée par le bout du nez.

Laura a racheté avec son mari l'orphelinat dans lequel elle a passé une partie de son enfance. Le couple souhaite réabiliter le lieu pour en faire un centre d'accueil pour handicapés. Très vite la grande demeure se révèle intrigante par le biais de leur petit garçon, Simon, qui prétend y avoir trouvé des amis invisibles. Lorsque ce dernier disparait mystérieusement, Laura s'interroge sur l'existence des amis imaginaires de son fils. Elle explorera tous les possibles pour retrouver son enfant.

Scénario, mise en scène, réalisation, interprétation sans faute pour ce film dont l'intrigue oscille avec finesse et sensibilité entre fantastique et drame.
Les espagnols ont trouvé leur nouvel Hitchcock.
La maison y est inquiétante, habitée par un passé douloureux et sanglant que l'intrigue nous révèle au compte gouttes. Ses dépendances, ses jardins et ses environs sont tout aussi ambivalents et ensorcelants. Les acteurs se meuvent et parlent avec beaucoup de simplicité et de réalisme dans un univers qui invite à l'étrange et au surréalisme.

"L'Orphelinat" confine à l'horreur par moment sans jamais tomber complètement dans le genre. Il se cantonne à l'angoisse, ainsi l'insolite des situations et des possibles proposés fait frisonner sans choquer. 
L'oscillation et l'alchimie qui finit par s'opérer entre l'inquiétude et le merveilleux est due très certainement aussi à un mixe des codes narratifs, tantôt empruntés au genre du conte, tantôt au thriller.
L'horreur opère moins finalement dans l'extraordinaire sanglant que dans la simplicité frappante du drame. 

18869639_w434_h_q80.jpgLa tension de "L'Orphelinat" commence dès le générique et ne se relâche qu'à la dernière minute.
 
Espagne, Mexique, 2007. Réalisation : Juan Antonio Bayona. Scénario : Sergio G. Sànchez. Avec : Belen Rueda, Fernando Cayo, Roger Princep, Montserrat Carulla, Géraldine Chaplin,  Mabel Rivera. Durée : 1h46mn.    

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Shin 26/04/2008 00:01

Bonsoir,

Voilà encore un film que je dois voir à tout prix. Le retard s'accumule, s'accumule, s'accumule...

Amicalement,

Shin.

samom 24/03/2008 21:03

Salut
connais tu des bugs en ce moment sur overblog ?
à plus

samom 20/03/2008 22:20

Quel bon film

remarquable

Thib 19/03/2008 15:26

Salut, merci pour ton commentaire.

Que dire sur ce film étant donné que tu as lit mon article ? Pas grand chose sauf du cinéma comme ça, j'en redemande.

Odicele 20/03/2008 12:05

Moi aussi j'en redemande !