Phénomènes

Publié le par Odicele


Entre serie B et cinéma, "Phénomènes" a pour vocation de nous plonger dans un univers où tout peut arriver et où tout arrive.

Empruntant au cinema catastrophe l'élement perturbateur qui pousse l'homme à s'adapter à une situation extreme, à fuire le danger et à tenter de l'anéantir, M. Night Shyamalan utilise son dynamisme et la tension qu'il cree, laisse de coté la part de rationnalité induite par une explication scientifique élaborée, et introduit du fantastique pur.

M. Night Shyamalan s'amuse avec des si. Et si dans un monde actuel et très réaliste, un phénomène inexpliqué poussait l'homme à se sucider spontanément? Et si ce phénomène se produisait de façon isolée tout d'abord, puis se reproduisait telle une propagation jusqu'à sinistrer la moitie de la population d'un pays? Ou serait-il possible de fuir ? 
Pris dans les mystères et l'horreur d'un tel phénomène, Elliot et Alma, jeune couple en difficulté, fuient la cote est des Etats-Unis, espérant trouver refuge dans la zone où le fleau ne semble pas avoir de prise. 

Souvent maladroit dans la mise en scène des rapports humains, trop charicaturaux ou mélodramatiques, "Phénomènes" étouffe les émotions sensibles qui pourraient naitre de quelques scènes intimes. En revanche, les attaques du fleau d'un nouveau genre, sont filmées avec suffisamment de maitrise et d'imagination pour suciter tour à tour étonnement, stupeur, effroi et horreur. 

"Phénomènes" n'a pas la grâce de "Sixième sens". Malgré tout, comme tous les films qui ont suivit, M. Night Shyamalan possède un style propre. L'étrange qui s'en dégage suffit à maintenir de l'intérêt et à provoquer du plaisir.
C'est le non sens du fleau qui donne toute sa saveur à l'action. Les personnages sont ici des cobayes que l'on regarde se débattre.   

Etats-Unis, 2008. Réalisation : M. Night Shyamalan. Scénario : M. Night Shyamalan. Avec : Mark Wahlberg, Zooey Deschanel, John Lequizamo, Ashlyn Sanchez, Betty Buckley. Durée : 1h30mn   

Publié dans Les autres

Commenter cet article

Baccawine 30/06/2008 19:19

Bonjour Odicele. Suis relativement d'accord avec vous pour la critique. Certes Shyamalan a un style bien à lui, mais je trouve pour le coup qu'il a un peu tendance à tomber dans la facilité.
Au plaisir de vous lire...

Odicele 02/07/2008 17:31


Bonjour Baccawine.
en effet, arriver à un résultat aussi mitigé et bigarré, quel dommage!, avec tant de potentiel.
en tout cas, Shyamala a le mérite de renouveler quelque peu le scénario catastrophe...   


Thib 25/06/2008 14:53

Salut Odicele,

Tes vacances se sont bien passées ?

Apparement, à ce que j'ai pu lire, "Phénomènes" a eu un accueil plus que mitigé mais M.NIGHT SHYAMALAN est un réalisateur qui me plait.
Son style , ses histoires sont toujours originales et je pense que son nouveau film ne déroge pas à cette règle.

En esperant ne pas me tromper.

Thib.

Odicele 26/06/2008 00:59


salut Thib !
j'ai passé de supers vacances, je te remercie, j'en ai encore plein les yeux...
en effet, "Phénomènes n'a pas été très bien reçu, beaucoup de critiques l'ont descendu en flèche...
Il est vrai que ce n'est pas le meilleur film de M.NIGHT SHYAMALAN, qu'il est très agaçant par le côté conventionnel et lisse qu'ont les personnages. Certaines séquences et émotions sont
de purs lait-motifs dramatiques...
je lui accorde tout de meme une palme pour ses idees de scénario, toujours surprenantes et interessantes!
A voir, pour se divertir! 


samom 24/06/2008 22:59

très déçu par ce film
le sujet de base est excellent mais la mise en scène cafouille et détruit les premières minutes assez réussies
dommage

j'espère que tu vas bien

Odicele 26/06/2008 01:03


salut samom ! toujours là, ça me fait plaisir !
moi aussi j'ai été très agacée par ce film, souvent. C'est pour cette raison que je mets au début de ma critique qu'il oscille entre série B et Cinéma...
Malgré les lourdeurs et les poncifs émotionnels, "Phéomènes" se laisse regarder et a réussit à créer en moi des surprises, de l'effroi, de l'intérêt, un questionnement...
C'est déjà bien même s'il lui manque la finesse psychologique et dramatique d'un "sixième sens"