Paris

Publié le par Odicele

18894351_w434_h_q80.jpgLumineux !
Voici le mot que j'avais à la bouche en sortant de la scéance "Paris" !
Il y a des films qui suscitent tout de suite notre adhésion, "Paris" fait parti de ceux-là. On ne sent pas passé sa durée, on voudrait même que ça continue tellement on est bien.

"Paris" est un film choral. Le spectateur suit plusieurs personnages soit qui se connaissentpas, soit qui se croisent, soit qui s'observent, soit qui connaissent ceux que d'autres observent... Ils forment une ronde de personnages, tous plus vivants les uns que les autres, pouvant habiter juste en bas de chez nous.
Parmi ces personnages, il y a : Pierre qui est malade, sa soeur Elise un peu aigrie par ses déceptions, une voisine étudiante très jolie qui fait tourner la tête de son professeur de fac, le professeur que ce coup de foudre destabilise, Jean le maraîcher et ses copains, la boulangère et sa nouvelle stagiaire... 
Tous aspirent au bonheur et se débattent avec une vie qui leur joue des tours et qui prend parfois des détours inattendus.
Paris est une fourmillière géante. Cédric Klaplisch choisit quelques unes de ses fourmis, les observe à la loupe et nous les rend familières.

"Paris" est un hymne à la vie, à l'amour, à la ville, à Paris. C'est une carte postale géante qui s'anime dont on ne peut réduire les contours à ses monuments et à ses lumières séduisantes.
"Paris", malgré ses drames se veut optimiste et insuffle la joie de vivre à travers le regard de Pierre qui se meure et qui ne désire qu'une chose, continuer à faire partie de la ronde, parce que lui sait que les petits tracas des uns ou des autres, même si pour chacun ces petits tracas sont importants, ne sont que des tracas.
"Paris" relativise les petits tracas de ses spectateurs en les faisant prendre de la distance par le biais de ceux de ses personnages. Ce procédé est très malin et même si cette leçon en agacera certains, moi je dis merci.

18887274_w434_h_q80-copie-1.jpg

Bravo aussi pour tous les portraits réalistes et très drôles de personnages plus vrais que nature. Et là je pense à la boulangère, interprétée avec brio par Karin Viard, horripilante de conservatisme et dont le comportement hystérique nous fait mourir de rire. Tous les comédiens sont fabuleux. Même Fabrice Luchini que je trouve parfois cabotin m'a touchée. Juliette Binoche est désarmante de simplicité et de justesse. Elle volerait presque la vedette à Romain Duris dont le rôle central n'est là finalement que pour mettre en valeur tous les autres.

A consommer sans hésitations.

France, 2007. Réalisation : Cédric Klapisch. Scénariste : Cédric Klapisch. Avec : Roman Duris, Juliette Binoche, Fabrice Luchini, Albert Dupontel, Karin Viard, François Cluzet, Gilles Lellouche, Mélanie Laurent, Julie Ferrier, Zinedine Soualem, Sabrina Ouazani. Durée : 2h10mn. 

Publié dans Les autres

Commenter cet article

julie 26/02/2008 09:08

assez intéressant de voir un avis différent. Perso j'ai trouvé ce film d'unelongueur et d'une lenteur extrême, se noyant dans des personnages par le biais d'un patchwork que j'ai trouvé sans saveur, sans passion, sans haine sans excès. Un film trop propre sur lui et en cela trop différent de l'image que j'ai de Paris.

Odicele 26/02/2008 12:31

Comme tu dis, c'est interessant de lire un avis different. C'est vrai que "Paris" n'est pas un film d'un réalisme aigu et ne fait pas ressortir toute la noirceur de certaines situations et personnages. C'est ce que j'ai aimé, cet optimiste qui nous manque parfois. Et puis les personnages m'on touchés par leur quète et leurs soucis m'ont parue très vrais même s'ils sont un peu stéréotypés.Je crois que c'est la touche Klapisch.  

Anne-Sophie 22/02/2008 14:16

Je vais le voir la semaine prochaine ! On m'en a dit, comme toi, le plus grand bien. J'avais peur que ça ne parle, comme on le voit dans la bande annonce que de la maladie et de la mort. RAssurée, je vais pouvoir aller au ciné !

Odicele 22/02/2008 14:28

La maladie et la mort sont présents dans le film et quelques séquences sont assez poignantes mais "Paris" reste malgré tout joyeux. Il s'en dégage une énergie qui nous manque parfois.